L'ENVERS

ANNA - Photographe et Écrivaine

L'Envers
Lookbook-Woman-Jumper-Camel-Merino(1).jpg

Qui êtes vous?

Je m’appelle Anna. Je suis barcelonaise et vis depuis 2 ans et demi à Madrid. J’ai travaillé pendant plusieurs années comme travailleuse sociale pour une ONG mais j’ai dû arrêter mon activité professionnelle suite à une maladie. J’ai alors commencé un blog personnel, sorte de refuge personnel qui me permet de m’échapper de la souffrance physique et me reconnecter à mes passions que sont l’écriture et la photographie. En octobre 2017 j’ai écrit un livre qui s’intitule “Les histoires de Madrid” dans lequel je partage les histoires personnelles de 15 projets d’artisanat et de créativité de la ville, avec des photos de chacun, et actuellement j’écris pour d’autres projets et travaille comme photographe, toujours sur des projets qui correspondent à mes valeurs et dont je partage la philosophie. J’ai travaillé plusieurs fois avec L’Envers, et cela a toujours été un plaisir, tout se passe toujours si naturellement.

Qu’EST-CE QUI vous inspire ?

Tout, en général: les textures, les odeurs, les couleurs, les personnes, les lieux, les objets… J’aime beaucoup découvrir l’histoire qui se cache derrière une personne et ses projets: pourquoi ils se consacrent à ce qu’ils font, quand ils ont commencé et pourquoi, quel a été leur inspiration initiale… Ces histoires m’inspirent toujours beaucoup et je les trouve stimulantes.

La nature m’inspire également beaucoup. Que ce soit la mer ou un paysage montagneux, une forêt… Devant la nature, mon esprit se calme, je ressens une sérénité intérieure que je n’ai pas tous les jours, les idées et les émotions viennent d’un endroit différent, plus interne et profond.

Quelque chose que vous aimez depuis longtemps ?

Les livres. L’amour pour les mots et la lecture m’accompagnent depuis que je suis petite.

Qu’est-ce que vous avez récemment redécouvert ?

L’amour de faire des choses simples: arroser les plantes, balayer la maison, préparer une soupe pour le dîner, laver ses chaussures à la main, se mettre de la crème après la douche, frotter les assiettes et laisser la cuisine propre. Il y a quelque chose dans ces tâches simples qui appellent à l’ordre et au soin (envers soi-même, envers la maison et les objets qui te sont importants, envers les autres) qui m’apporte beaucoup de sérénité. Ce qui me semblait il y a encore quelques années une liste de tâches ennuyantes et chronophages me paraît désormais comme des petits moments apaisants et ressourçants.

Quel est votre objet fétiche ? Et qu’est-ce qui le rend si spécial ?

J’en ai plusieurs... J’essaye, de plus en plus, que chaque objet dans notre maison soit spécial et ait un signification pour moi, pour nous. J’aime beaucoup la table en bois et le banc qui ont été faits par un de mes amis ébéniste, un tabouret que j’ai restauré, les ustensiles de cuisine qui étaient à ma grand-mère, des cuillères en argent avec les initiales de mon père… Si je ne devais choisir qu’une chose, je dirais le cadre que mon frère a dessiné au collège quand il avait 14 ans qu’il m’a offert en surprise, on y voit mon père, ma mère, lui et moi. Je regarde ce cadre tous les jours.

Qu’est-ce que vous attendez avec impatience ?

Pour le moment, une journée de repos dans la nature avec Ricard, mon mari. Le chemin a été beau et passionnant, mais aussi épuisant. Je veux passer une journée avec lui, que nous deux et en dehors du reste pour profiter d’un rythme plus tranquille dans un lieu nouveau à nous balader dans les bois, sur la plage, à lire et apprécier notre temps ensemble.

Qu’est-ce que l’écologie, l’éthique représente pour vous ?

Pour moi c’est une manière de vivre. L’éthique est une façon de vivre plus consciente, c’est l’une de mes plus grandes aspirations. Cela implique de réfléchir avant d’acheter “est-ce que j’en ai besoin? De quoi cela est-il fait? Qui l’a fait? Quel impact cela a sur l’environnement et les personnes? Est-ce que c’est de la qualité? Vais-je pouvoir l’utiliser pendant longtemps?...”, de choisir des marques et des produits qui font les choses bien, n’utilisent pas de certaines matières premières (éviter le plastique le plus possible par exemple), acheter des produits écologiques (pour l’alimentation, les cosmétiques et les produits ménagers) et de proximité, avoir toujours mon sac en toile quand je vais faire les courses, acheter en vrac pour éviter les emballages, privilégier l’artisanat… Pour moi, l’éthique représente la somme de tous ces petits actes que nous faisons afin de prendre soin des personnes et de ce qui nous entoure, de minimiser notre impact sur l’environnement.

Quelle relation entretenez-vous avec la mode en général?

J’aime la mode, je l’ai toujours aimée, et en même temps, pendant plusieurs années je l’ai rejetée. Essayer de ressembler aux images de magazines, aux podiums ou aux mannequins des magazines était une frustration permanente. Depuis j’ai renouée avec la mode (pour la plupart du temps du moins). Je me sens mieux avec peu de vêtements et de chaussures, ne posséder que des pièces que j’aime vraiment, qui ne suivent pas des tendances, qui sont atemporelles, belles et confortables, dans lesquelles je me sens à l’aise et qui sont “moi”.

J’aime aussi acheter un produit et aider la personne qui l’a créé: le sac d’une amie qui est artisan du cuir, la robe d'une famille lituanienne qui conçoit et coud chaque pièce eux-mêmes, un pull de L’Envers… Faire en sorte que chaque pièce ait une signification particulière, je les porte alors avec beaucoup plus d’amour.

Pourquoi avez-vous choisi cette pièce de l'Envers?

J’ai hésité longuement car il y a tellement de pièces de L’Envers que j’aime et qui correspondent à mon style. Au final, j’ai choisi ce gilet car il représente tout ce que j’aime dans un vêtement: simple, couleur neutre et avec un détail différent (que je peux mettre soit de devant, soit de derrière) :)

<< RETOUR PORTRAITS